Coup de foudre...

Publié le par Pachak

Depuis deux-trois jours, le climat a sensiblement changé : l'atmosphère plutôt sec, est devenu lourd. Chargé en humidité, celle qui vous rend collant, et vous met en difficulté pour respirer. On atteint ainsi 40-50 % ! Inconvénient donc, cette lourdeur, qui demanderait une douche toutes les cinq minutes. Avantage : souvent une ou deux grosses averses la nuit tombée, qui rafraichit tout cet environnement pas très accueillant...

Tout ça pour dire que le soir, lorsque l'on quitte le travail, il vaut mieux ne pas tomber au moment des averses. Et parfois, comme aujourd'hui, une véritable course contre la montre est lancée...

L'atmosphère lourde de chez lourde. Les nuages couvrent le ciel, la nuit est quasiment tombée... Prémisses d'un orage inévitable, des éclairs fendent déjà le ciel au loin. Ici on ne voit que cette lumière blanche, brève mais intense. Le trajet à pied, durera 20 minutes ; va-t-on éviter la pluie... ?

Le vent lui n'a pas attendu pour se lever ; il commence même à monter en intensité... J'accelère le pas. Les rues sont encore plein de monde, ce qui me rassure un peu. Mais on peut sentir une certaine tension ; peut-être que les Indiens ont l'habitude de se faire tremper qui sait... ? La vitesse augmente peu à peu. Les éclairs se font de plus en pressants - l'espacement est faible... Va-t-on arriver à temps ?

Je commence à sentir l'odeur de la pluie. Le vent est toujours là, bien frais. L'atmosphère est toujours aussi collant Plus que 5 minutes à tenir. Des petites gouttes déjà ? Non, ce n'est que mon imagination... Tous les signes sont là. Heureusement, la pluie, elle, se fait attendre. J'arrive enfin !

C'est bon pour ce soir... Comment ai-je échappé à tout cela ? Hé bien, le tonnerre lui ne s'est pas fait entendre ! Le coup de foudre était donc loin, trèees loin.

Publié dans Anecdote

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article